MANUS


MANUS
MANUS

MANUS

L’un des trois groupes ethniques habitant les îles de l’Amirauté (Admiralty Islands), situées au nord-est de la Nouvelle-Guinée, en Mélanésie, et faisant partie de la Papouasie - Nouvelle-Guinée. Parmi ces trois groupes, seuls les Manus forment un groupe linguistique homogène. Ils habitent une dizaine de villages construits sur pilotis dans des lagons avoisinant la grande île et sur la côte abritée des petites îles. Les Manus pratiquent essentiellement la pêche et le commerce maritime. Ils échangent leur poisson contre les produits de la terre de leurs voisins matankor et usiai. Ce commerce s’est accompagné également de celui des amulettes possédant une valeur magique et cérémonielle et acquérant au cours des transactions un surplus de valeur. Ils utilisaient traditionnellement une monnaie de coquillages enfilés en colliers et de dents de chien. Les Manus jouent un rôle d’intermédiaires, faisant office de transporteurs entre les Usiai et les Matankor.

L’île de Manus fut un des premiers comptoirs allemands dans le Pacifique. Elle fut accordée à l’Australie par la Société des Nations en 1920. Le bouleversement des structures traditionnelles, causé par l’établissement de l’administration et de l’économie coloniales et la présence de nombreux Manus dans la police indigène, placèrent ceux-ci au centre des premières revendications. Les occupations japonaises et alliées pendant la guerre du Pacifique firent éclater un mouvement de mécontentement dirigé par Paliau, qui prêcha la rupture avec les traditions socioéconomiques, un progrès social à l’européenne et une organisation économique. En dehors du Marching Rule des îles Salomon, le mouvement Paliau est un des rares exemples en Mélanésie d’une organisation politique indigène indépendante qui ait fonctionné avec succès.

L’organisation sociale, qui nous est connue grâce aux travaux de l’anthropologue américaine M. Mead, est caractérisée par une filiation patrilinéaire en théorie. La résidence est en principe patrilocale, mais en fait plus fluctuante encore que la règle de filiation. En dépit de cette mobilité le village manus est divisé en territoires permanents appartenant aux patriclans. Chaque territoire comprend un espace de lagon, géographiquement défini, et souvent un îlot situé dans cette partie du lagon où habitent des esprits d’un type particulier. Pour un individu, c’est le fait de résider sur le territoire d’un patriclan qui compte avant tout. Le système de parenté repose entièrement sur la relation entre frères et sœurs et entre leurs descendants respectifs. Les «enfants-de-frères» forment un groupe homogène qui hérite des sites résidentiels et de tous les privilèges et fonctions d’un patriclan. Ils pratiquent un culte des esprits des ancêtres, plus particulièrement du «maître-esprit-de-la-maison» dont on s’assure la protection par des offrandes au crâne de l’ancêtre qui le représente. Le protégé et son maître-esprit sont liés par un «contrat» bénéfique pour les deux tant que les termes en sont respectés. Les «enfants-de-sœurs», par contraste, n’héritent pas du statut ni des privilèges du patriclan. Cette position défavorisée trouve une contrepartie, selon l’anthropologue R. F. Fortune (qui a décrit en détail la religion des Manus), dans la pratique d’un culte magico-religieux qui leur confère une sorte de pouvoir magique sur les «enfants-de-frères». Ce pouvoir peut donner lieu à une pratique de sorcellerie consistant à jeter un sort sur les «femmes-des-enfants-de-frères», les frappant de stérilité mais provoquant plus souvent la mort du nouveau-né. Cette sorcellerie très rarement pratiquée n’est pas selon Fortune un facteur de désintégration sociale comme en Nouvelle-Guinée. L’existence de pratiques de sorcellerie aboutit à dégager les deux groupes en présence de la responsabilité des morts de nouveau-nés.

Si les Manus ne produisent pas de formes artistiques propres, ils acquièrent et utilisent les produits de l’artisanat de leurs voisins matankor, dont les plus remarquables sont de grandes coupes en bois finement ornées et munies de poignées ajourées, en forme de spirales.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Manus — Manus, a masculine first name derived from the Latin meaning hand or fist, and, less commonly, a band of men, may refer to: Manus Province, in Papua New Guinea Manus Island, part of Manus Province Manus languages, a subgroup of the Eastern… …   Wikipedia

  • Manus — steht für: medizinische und lateinische Bezeichnung der Hand Manus (Provinz), eine Provinz von Papua Neuguinea Manus (Insel), die Hauptinsel der Provinz Manus Manus (Sprachen), eine Untergruppe der austronesischen Sprachen Manus (Wettbewerb), ein …   Deutsch Wikipedia

  • manus — (in ) (in ma nus ), s. m. 1°   Prière par laquelle on recommande son âme à Dieu. Un in manus fervent.    Dire son in manus, être ou se croire sur le point de mourir. •   Une dame qui était tout émerveillée que je fusse assez fou pour faire encore …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • manus — mànus (mȁnus) m DEFINICIJA anat. dio ruke od zglavka do vrha prstiju; šaka ETIMOLOGIJA lat. manus …   Hrvatski jezični portal

  • Manus — Ma nus, n.; pl. {Manus}. [L., the hand.] (Anat.) The distal segment of the fore limb, including the carpus and fore foot or hand. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Manus — Ma nus, n.; pl. {Manus}. [L., the hand.] (Anat.) The distal segment of the fore limb, including the carpus and fore foot or hand. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Manus [2] — Manus (Taui, auch Große Admiralitätsinsel genannt), bis 900 m hohe, 1952 qkm große Hauptinsel der Admiralitätsinseln (s. d.), hat ihren Namen von dem einen Hauptzweig der Bevölkerung, den am Strande wohnenden Manus. Vgl. Schnee, Bilder aus der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Manus — m Irish: Anglicized form of Gaelic Maghnus and Mánus, forms of MAGNUS (SEE Magnus) …   First names dictionary

  • manus — [mā′nəs] n. pl. manus [L, hand: see MANUAL] the terminal part of the forelimb of a vertebrate, as the hand of a person or the forefoot of a four legged animal …   English World dictionary

  • Manus — Manus, 1) Hand; daher M. injectio, die Execution gegen den nicht zahlenden Schuldner, welche darin bestand, daß derselbe von dem Gläubiger in Hast genommen u., wenn er binnen 60 Tagen nicht bezahlte, als Sklav verkauft wurde; [847] 2) Macht,… …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.